La Pharmacie de bord

pharmacie de bord

La Pharmacie de bord…avec un P majuscule!

Toute une étape, toute une réflexion…surtout avec 4 moussaillons à bord.

Nous ne sommes pas vraiment stressés mais nous savons aussi qu’occulter le fait que quelque chose puisse arriver ne sert à rien!

Seul ou en couple, une grande pharmacie de bord pour pallier aux urgences lors d’une “grande traversée” ne serait pas si importante, le risque se minimisant un peu inconsciemment … Mais à six, voire à 8 ou 10 soyons fous… en prenant en compte les coéquipiers d’une Transat ou Transpac, les chefs de bord se doivent d’avoir réfléchis à LA pharmacie, son stockage et utilisation.

Lors du stage “médecine grande croisière” (indispensable!) avec Escale Formations Techniques, nous avons reçus une longue liste de documents relatifs à l’apprentissage des premiers gestes/secours, des mesures à prendre, des règles à mettre en place avec l’équipage, des automatismes à avoir et tout ça en maîtrisant la communication avec le CCMM !

Cette liste que vous trouverez sur notre blog est évidemment non-exhaustive, mais pose les bases.

Alors commence un long process:

  • Prendre non pas un, mais plutôt deux ou trois rendez vous d’affilés chez votre médecin généraliste; en évitant les heures pre ou post-déjeuner, il faut en effet qu’il ou elle soit bien réveillé(e) et que vous soyez moteur afin de vérifier la liste en même temps et en oublier le moins possible.
  • Puis, avant d’arriver au rendez-vous (sauf si votre “Doc” est celui du Vendée Globe…), même avec vos trois créneaux, le/la prévenir par email ou téléphone de votre projet nautique, afin que les enjeux en soient bien compris et donc par exemple commencer à parler des antibiotiques et surtout de la morphine… sujet sensible pour certain(e)s!  On rappelle qu’il s’agit d’un produit stupéfiant, donc a priori il reste illégal dans certains pays même avec une ordonnance et même en navigation… c’est un peu étonnant, mais on reviendra dessus pour le stockage.
  • Envoyer la liste avant le rendez-vous fera aussi gagner un peu de temps et de compréhension à mon sens.

Si les 3 points mentionnés ci-dessus ont bien été réalisés, les consultations prévues devraient se passer sans encombres et sans oubli.

Vient l’étape de la « pharmacie »… On ne peut pas prendre rendez-vous et c’est bien dommage, alors envisagez d’y passer aux heures creuses, ce sera plus simple. Idem réexpliquer le projet avant de tendre les 10-15 ordonnances (une par personne + la morphine + les oublis de dernière minute!) cela permettra de gagner du temps et surtout de la compréhension pour aller chercher les médicaments cachés bien au fond de l’officine avec une date de péremption la plus éloignée possible!!! Et oui les pharmacies optimisent comme les grandes surface!…

Une fois les médicaments commandés, l’idéal est de demander un devis à votre pharmacie pour tout le reste: attelles, bandages, colliers cervicales, oxymètre, stéthoscope, seringues, fils pour sutures, désinfectants divers, autres et j’en passe… Cela vous laissera le temps de le revoir au calme et leur valider selon vos besoins estimés et versus les redondances que l’on peut parfois avoir dans la liste initiale.

Alors un matin vous partez à la pharmacie (pas en vélo comme moi… mais en voiture) car vous aurez deux voire trois énormes sacs et une belle addition à payer 🙂

Puis vient le rangement, le stockage…

De retour la règle n°1 sera de tout sortir et tout “cross-checker”: l’ordonnance et la facture et oui tout y était par exemple sauf l’ANAPEN pour adulte (adrénaline) et la VENTOLINE… donc deux indispensables, dont le premier très couteux 🙂 

Cette partie est très personnelle, chacun trouvera son mode de fonctionnement, l’essentiel est de suivre sa propre logique.

J’ai enlevé tous les cartons/emballages pour gagner de l’espace, tout en conservant une notice par médicaments et les ordonnances. J’ai aussi découpé un des côtés des boîtes et écris dessus à quoi cela correspondait (i.e nausées, allergies etc…)

Ensuite, j’ai classé le tout dans 10 pochettes dont deux uniquement dédiées aux “enfants”, et deux autres uniquement dédiées aux “urgences” afin d’y accéder très rapidement.

Dans les six autres: deux pour les antibiotiques, une pour les crèmes, une pour les anti-douleurs, une pour les nausées-diarhées-vomissements ou dans le genre 🙂 et une dédiée pour la morphine. En effet, la détention de cette dernière comme expliqué précedement peut être un peu “border line” dans certains pays, vous aurez donc le choix de la cacher ou de la dissocier complètement avec son ordonnance et idéalement la mettre sous clé dans un coffre uniquement dédié à cette usage pour montrer votre bonne foi… à vous de voir de quel côté de la barrière vous êtes!

Enfin, nous avons tout stocker dans:

  • un sac étanche de 50-60 litres que nous avions déjà, en réalité pour six/huit, c’est un peu petit, je les transvaserais probablement dans un 100 litres (type Northface pour ne citer qu’eux… on en a deux chacun…donc oui douze, donc oui on maîtrise le sujet!) selon l’espace que vous avez à bord pour le stockage.
  • un sac à dos pour les urgences et les médicaments des enfants.
  • deux grab bag de 30 litres pour la survie
  • une pochette pour les sorties à la journée

Le stockage à bord devra être:

  • facile d’accès pour les urgences
  • dans le cockpit proche du radeau pour la survie
  • dans les soutes pour le reste!

Finalement, le budget… il faut compter au global (docteur-pharmacie: médicaments + antibiotiques + morphine + divers) d’environ 500 Euros pour quatre – 750-800 Euros pour six/huit personnes incluant la pharmacie du sac de survie (grab-bag pour le radeau) et pharmacie journalière (sortie randos, visites etc…).

Nous n’avons pas fait le distinguo huit-dix personnes pour une transat ou transpac, vu la quantité déjà (très) imposante et suffisante selon nous et les retours des marins en voyage au long cours.

Pour les retardataires… ou ceux qui ne sont plus à quelques deniers près, et qui préfèrent aller profiter du beaux temps:) un site connu fait aussi des packs “clé en main” avec l’ensemble (sauf probablement la morphine) déjà classé dans deux sac et dans des pochettes de couleurs: Medidistance.

Ils sont trés réactifs et serviables, évidemment le prix final incluant les pochettes et leurs sacs de stockage sera autour du double (i.e 1500€  vs. 750€ pour nous).

Avec tout cela et vu le budget on envisage évidemment:

1- de ne pas se blesser en traversée!

2- de ne pas être malade! même si on nous a toujours appris à terminer nos assiettes !!!

3- de revendre une pharmacie neuve dans 3 ans…non je déconne!

Cependant, c’est une vraie interrogation…quid de tous ce médicaments une fois la date de péremption passée…voire même franchement dépassée d’un an ou deux…?

4 – Partir avec une pharmacie naturelle d’Huiles Essentielles pour la prévention (notamment des nausées liées au mal de mer, piqûre d’insectes etc…) et donc éviter de se servir de la trousse citée précédemment. Pour plus d’information, contactez-nous, enfin surtout Audrey, elle se fera une joie de vous aiguiller voire vous former à l’utilisation des huiles essentielles 🙂 

L’écoformation met en évidence le lien souvent inconscient qui existe entre l’environnement et les

personnes.

Pour conclure, pensez à garder vos stocks à jour et vérifier dans trois ans les dates limites d’utilisation …

Plusieurs personnes doivent connaître le fonctionnement de la pharmacie. Si vous l’avez constituée seul, alors informez votre équipage du contenu, des applications, du stockage; et en grande navigation, désignez un responsable autre que le Capitaine (au cas où ce dernier tomberait malade… mais évidemment ça n’arrivera pas !)

Sur ceux, foncez chez votre généraliste sans attendre les deux dernières semaines avant le grand départ! A très vite 🙂

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

EnglishFrenchSpanish
%d blogueurs aiment cette page :