Un mois aux Canaries

L’arrivée aux Canaries, à Lanzarote, et la marina Rubicon fût géniale. Après plusieurs jours très « natures » à Madère et une assez belle navigation, nous sommes ravis d’arriver dans une marina avec piscine, restaurants, centre commercial, etc !

Malgré la fatigue, nous allons fêter notre arrivée dans un restaurant pizzeria. Le lendemain, nous profitons de la piscine, et je me fais voler mon sac à main par stupidité, excès de confiance…. Je n’avais que ma carte et quelques euros, mais je tenais beaucoup à mon sac et suis très vexée.

A peine le temps de souffler, qu’il est temps de rentrer en France pour 4 jours pour le mariage de Camille et Martin. Ravis, mais déjà fatigués par ce voyage express à 6 ! Nous laissons le bateau à la marina avec notre co-équipière Pauline.

Au retour, nous décidons de louer une voiture pour 5 jours afin de visiter Lanzarote. Cette île est magnifique, voir les petits villages en voiture était vraiment une bonne option. Tout est si calme, les villages semblent vides. En revanche les 5 lieux touristiques de l’île sont bondés : bus touristiques & compagnie.

Nous visitons quelques sites conseillés par des amis, et surtout les deux maisons de César Manrique, un artiste connu des Canaries, avec de belles architectures, et même l’une d’elle construite dans un champ de lave.

Au moment de rendre la voiture, nous ressentons l’envie de repartir au mouillage, au calme, pour quelques jours de repos. C’est une des parties du voyage long et « slow », pouvoir s’octroyer des pauses, des journées « normales » ensemble, savoir jauger entre l’envie de tout voir, et celle de se ménager. Se résigner à ne jamais tout voir ou tout faire, accepter e faire une partie, et s’en satisfaire, ce n’est pas si simple ! Nous partons pour Fuerteventura après avoir fait une petite soirée avec le bateau copain Paoloup venu nous rejoindre, les enfants sont ravis de se retrouver et les parents aussi !

Nous voilà tous les 6 à Fuerteventura, au mouillage de Mojarable… Très touristique, mais aussi très joli, avec une très très longue plage. Nous apprécions ces quelques jours en famille. Avant de partir, nous rencontrons une famille anglaise qui part aussi pour un tour du monde, et nous parle de la waterway le long de la côte américaine. Il s’agit d’une voie fluviale remontant le long de la côte est. Cela éveille notre curiosité alors que nous cherchions justement un coin pour passer la saison des cyclones aux Antilles.

Quelques jours plus tard, nous prenons la direction de Gran Canaria pour récupérer nos équipiers Justine et Thomas. Pas grand intérêt dans cette ville de « Puerto Rico » : tourisme de masse, béton, etc… on aura vu plus agréable que ces quelques jours au port !

Puis nous filons à Tenerife, où nous avons prévu quelques travaux à Santa Cruz. Cette fois c’est une arrivée dans une vraie grande ville. J’aperçois même le Corte Inglès au loin qui me rappelle quelques souvenirs de notre vie à Barcelone J

Nous en profitons pour faire une journée filles au Corte Inglès donc, pendant que Chris et Soren partent à la recherche des dernières pièces détachées et autres besoins pour le bateau. L’étape des Canaries est la dernière où nous pourrons trouver tout facilement et à des prix corrects, aux Antilles cela risque d’être beaucoup plus cher !

Surprise, nous passons 5 heures dans le Corte Inglès mais ressortons avec uniquement quelques barrettes, les filles ont été très raisonnables. Ce voyage et le fait de leur expliquer régulièrement la notion de besoin, envie, impulsion… finirait-ils par porter ses fruits ?

Nous en profitons pour nous faire livrer les courses au port (luxe !) afin de tenir deux mois de secs, nous pointons chaque paquet pour être sûr que cela correspond à notre liste, puis rangement dans la pointe avant tribord.

Nous ferons un break de 3 jours au mouillage avant de rejoindre le sud de Tenerife pour les derniers ajustements et révision moteur à Los Cristianos. Nous trouvons un super marché et en profitons pour faire un batch de conserves.

Le bateau tout beau, tout propre, et plein, nous rejoignons l’île de la Gomeira, où nous retrouvons le bateau Will sea pour quelques jours, au mouillage de Valley Gran Rey avant le grand départ pour le Cap Vert.

Malheureusement, nous serons tous malades un à un ces quelques jours, une mauvaise grippe nous cloue au lit si bien que nous nous contenterons d’une randonnée la veille de partir (magnifique !).

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrenchSpanish
%d blogueurs aiment cette page :