Limiter ses déchets en road-trip, nos premiers tests

légumes fermentés

Partir en vacances, ou même juste se déplacer avec 4 enfants peut–être assez déstabilisant. Même si nous sommes très habitués à déménager (je pense que ça pourrait même être notre savoir faire n°1 au point où nous en sommes !), il me faut toujours un certain temps pour adapter ma routine.

Plus le temps passe, plus nous essayons d’améliorer notre démarche « low ».  Aucune pression, seulement des petits pas l’un après l’autre qui font que nous arrivons, sans s’en rendre compte, à créer notre routine et diminuer nos poubelles.

Concrètement quand nous étions en Afrique ou en France, cela se traduisait par :

  • HEBDO : achats de légumes et fruits locaux et de saison sans emballages
  • MENSUEL : achats de secs au supermarché ou vrac si possible (conserves, farine, fruits secs, pâtes, riz, savons, huiles, chocolat, vinaigre blanc, savon noir…)
  • Autre : lait consigné pour les yaourts puis ma recette sans yaourtière, entretien du levain, quelques batch cooking annuels pour les légumes lacto-fermentés, et bien sûr Kombucha & Kefir pour les boissons et un peu de bière et vin quand même :).

En bref, cela fait  plusieurs années que je me balade avec mon levain et mes graines de kéfir dans mon sac de  voyage et que je vérifie qu’il y a bien un four dans mon logement J

Quand je suis chez moi c’est finalement assez simple j’ai tout mon attirail de routine zéro déchet. Mais quand il a fallu faire les valises pour 2 mois en Corse / Sardaigne, et rentrer toutes nos affaires pour 6 personnes, 2 saisons, les devoirs, les jeux, et…. mes astuces zéro déchet dans un 807, je me suis finalement rendu compte qu’allier minimalisme et low déchet n’était pas si simple. Vous me suivez toujours ?

Voici donc ce que j’ai amené – le strict minimum – De quoi ai-je besoin pour continuer notre démarche en vadrouille ? A savoir que nous avons prévu des stop tous les 10 à 15 jours dans des mobil-homes ou petits appartements.

  • Mon thermomix
  • Des pots en verre : Le Parfait pour les stockage des soupes, salades, et yaourts  (achetés sur le bon coin) et de compote pour le stockage du sec (j’achète des compotes de 1,8kg J) – Je suis partie avec des pots pleins de légumes lactofermentés tant qu’à faire J
  • Des gourdes de compotes à remplir – le mini en consomme une quantité invraisemblable
  • Quelques boîtes en verre empilables pour le stockage alimentaire
  • Des BeeWraps pour les pique-nique ou réserver les aliments dans le réfrigérateur
  • Des gourdes pour l’eau
  • Mes deux paniers à pain en osier et ma cocotte Le Creuset – J’ai acheté cette dernière à 20 ans et j’ai commencé à m’en servir à 30. Depuis je ne sais plus comment faire sans c’est vraiment la base pour tout!
  • Et bien sûr mes sacs en tissus pour les courses, des petits pour le sec en vrac et les fruits et légumes.
  • En bonus : mon économe trop bien, et le couteau/économe ikéa pour enfants pour mes commis de cuisine

J’ai dû me résoudre à  laisser mes graines de kéfir et mères de kombucha à la maison. J’avais d’ailleurs déjà un peu lâché ces dernières temps, surement avec l’arrivée de l’automne, nous avions moins envie de boissons fraîches.

Cela fera bientôt 4 semaines que nous sommes en Corse, j’ai quand même était un peu déstabilisée les premiers jours mais j’ai vite pris le pli !

Petit aperçu de notre vie en road-trip à 6, en mode chargement in progress !

Points positifs :

  • Fruits et légumes de saison : OK
  • Vracs : j’ai trouvé peu de magasin, j’ai donc fait un gros plein de pâtes, riz quand j’ai pu
  • Le Thermomix était la bonne option: il n’y a pas de four dans les bungalow, du coup je fais des gâteaux à la vapeur et beaucoup de houmous, moutabal, légumes râpés pour les piques-nique et des soupes pour le soir. Il me sert aussi pour faire chauffer mon lait à 55 degrés tout pile pour les yaourts.
  • Pour les achats de produits emballés, je privilégie dans l’ordre suivant: le verre, le tétrapack, le carton qui sont  plus faciles à recycler.

Points négatifs :

  • Qui dit pas de four dit pas de pain, et cela nous manque beaucoup, surtout vu les quantités que l’on mange à 6 ! On se partage donc entre boulangerie et biscottes. J’entretiens quand même  mon levain tous les 10 jours et je fais une fournée de crumpets à la poêle (3 enfants sur 4 n’aiment pas mais moi si !)
  • Pas assez de boutique de vrac en Corse, cela semble moins développé qu’en France. Les vendeurs de la Vie Claire ont par exemple étaient surpris de me voir arriver avec mes bocaux en verre à remplir, impossible de trouver les liquides comme l’huile d’olive. J’ai donc opté pour un pack de 3L mais bon l’intérieur du carton étant en plastique je ne vois pas vraiment l’intérêt si ce n’est le prix.
  • Pas de compost et  je n’ai pas eu la motivation d’aller creuser trou sous le mobil-home. La première étape serait de trouver une poubelle dédiée bien fermée, cela nous servira aussi sur le bateau, que nous pourrons envoyer à la mer (pas besoin de faire un trou youpi !). Je soumets aussi l’idée aux campings 🙂
  • J’ai acheté quelques paquets de gâteaux pour dépanner, car j’ai encore peu de recette de gâteau vapeur mis à part les deux de Yummix qui sont top (si vous en avez je veux bien !). Il faut que je tente un gâteau au yaourt tout simple voir…
  • Les prix en Corse sont plus élevés qu’en France, et le vrac / bio n’en parlons pas, c’est quand même bien dommage que les prix ne soient pas plus accessibles quand on sait que ç’est bon pour nous !
  • J’en ai donc profité pour tester le service La Fourche. Habitant à Saint-Jean-de-Luz, tout près des commerces bios et vrac, je n’en voyais pas l’intérêt jusqu’à maintenant. C’est quand on est éloigné de tout que cela devient vraiment pratique et surtout plus économique.
  • Je regrette de ne pas avoir pris ma micro-plane (@lauragourmandises best cadeau ever 😉 ).
  • Je n’ai pas assez de contenants pour le sec, donc j’en garde une partie dans mes sacs en tissus, que je vide en priorité

Le bilan ? Nous nous en sortons pas si mal et nous organisons petit à petit avec  les moyens du bords.  C’est un bon training en vue de notre future vie en bateau. J’amènerais clairement plus de contenants et de sacs de secs, que nous pourront stocker sous les sièges.  Après pas sûre qu’il y ait beaucoup de vracs lors de nos escales non plus. Nous ferons au mieux !

….mais surtout….. J’aurai un four !!! J

Note: depuis que jai écris le billet, je garde mes déchets végétaux pour les rendre à la terre quand je trouve un endroit propice, ça devient un peu un rituel familial (c’est grave docteur ?) !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

EnglishFrenchSpanish
%d blogueurs aiment cette page :